Tu appelais ça l’amour

Toi, tu appelais ça l’amour
Plaisir d’un soir, bonheur d’un jour
Pas de mots doux, de longs discours
Juste un frisson qui te parcourt
Et comme un vide qui entoure
Ton pauvre cœur aveugle et sourd.
Rien de sincère, aucun recours
A la séduction, à la cour
Une aventure sans rien autour
Et tu appelais ça l’amour !…

Mais tu verras bien qu’un beau jour
Ton cœur vivra sous le velours
D’un sentiment plus doux, plus lourd,
Plus fort, plus pur, plus beau toujours
Un peu le point de non-retour
Pour un voyage sans détour
Chez Cupidon, ange d’amour,
Que les muses inspireront pour
Faire renaître tour à tour
Ton âme, ton cœur, l’Amour tout court…

A lire aussi ...

Leave a Comment