Mélancolie

Que vous dire de lui, sinon que je l’aimais
Qu’il redonnait la vie à tout ce qu’il touchait
Que sa présence seule suffisait à couvrir
Les peines les plus sourdes en vagues souvenirs

En entendant son nom, mon âme se troublait
Je me croyais mourir quand nos yeux se croisaient
Et j’aurais tout donné pour l’un de ses sourires
J’aurais livré ma vie pour lui appartenir

Un seul de ses regards me faisait chavirer
Et je sentais en moi mon cœur se consumer
Que pourrais-je ajouter, sinon qu’en cette vie
Il ne fut pas un homme aussi tendre que lui

Sur ses lèvres les mots prenaient un autre sens
Dans sa bouche les sons se changeaient en romances
Pas un jour ne passait sans que je pense à lui
Présent dans tous mes rêves, il veillait sur mes nuits

Le moindre de ses gestes était une caresse
Quand sa main me frôlait, je sombrais dans l’ivresse
Sa voix me réchauffait d’une secrète ardeur
Je vivais dans ses yeux, dans ses bras, dans son cœur

Que vous dire de plus, sinon que je l’aimais
Mais c’est cette autre femme qu’il a choisi d’aimer…

A lire aussi ...

Leave a Comment