Caruso

Sur l’air de « Caruso »

La salle d’audience est bondée
Tous les yeux braqués sur moi
Du box des accusés
Jugé comme un hors-la-loi

On m’accable de preuves insensées
J’écoute la plaidoirie
On ne cesse de rabâcher:
« Cet homme n’a pas d’alibi ».

Non, messieurs les Jurés
Je vous jure : je ne l’ai pas tuée
Ce dont vous m’accusez
Est un crime que je n’ai pas fait

Tous les faits semblent contre moi
Et qu’ai-je donc pour ma défense?
A part un avocat
Et ce que quelques jurés pensent

Même le Juge n’y croit pas
Je suis déjà condamné
Et si vous le voulez, enfermez-moi
Loin d’elle je suis un prisonnier

C’était ma femme, ma bien-aimée,
Elle était tout ce que j’avais
Je ne suis pas un meurtrier
Laissez-moi seul pour la pleurer

Non, messieurs les Jurés
Je vous jure : je ne l’ai pas tuée
Mon plus grand des regrets
C’est qu’elle ne puisse plus vous en parler

Oui c’est moi le dernier
A l’avoir vu encore en vie
Quand je suis parti travailler
Elle était encore endormie

Moi, son ami et son amant
En partant ce matin-là
Si j’avais su qu’en l’embrassant
Ce s’rait pour la dernière fois

Imaginez-vous un instant
Moi en rentrant le soir
La retrouvant tachée de sang
Dans son cœur, un poignard

Leurs mots ne m’atteignent plus
Je suis avec elle dans ma tête
Me dire que je ne la verrai plus
Et c’est mon cœur qui s’arrête

Non, messieurs les Jurés
Je vous jure : je ne l’ai pas tuée
Allez délibérer
Mais souvenez-vous combien je l’aimais

Enfermez-moi demain
Car sans elle, je ne suis plus rien!
Au fond d’une prison
Peut-être que j’oublierai son nom…

A lire aussi ...

Leave a Comment