Jusqu’à ce que l’amour nous sépare

Je nous revois encore
Inséparables et forts ;
Je me souviens de tout :
Notre amitié, et Nous.

Rappelle-toi ces fous rires,
Ces moments de délire,
Et tous ces petits riens
Qu’on vit entre copains.

Un regard suffisait
Et l’on se comprenait,
Un sourire entendu,
Un clin d’œil ingénu.

Nous étions les meilleurs amis du monde, tout simplement amis.

Et puis… pauvre de moi !
C’est arrivé comme ça.
Je t’ai vu autrement,
Je t’ai voulu amant.

Combien l’amour fait mal
Quand la Raison s’emballe !
Quand le cœur devient fou
D’un sentiment tabou…

Te le dire ? Impossible !
Cupidon n’a qu’une cible :
C’est moi qu’il a touchée,
Moi seule fut transpercée.

Alors je suis partie.
Je crois que je t’ai fui.
D’amis que nous étions,
J’ai changé l’équation :

Une seule inconnue,
Le rôle de l’éperdue
Que j’ai joué, malheureuse,
En amie amoureuse.

Oui, nous étions amis, avant, jusqu’à ce que l’amour nous sépare…

A lire aussi ...

Leave a Comment